AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

William Wrexham ~ La routine n'est qu'une aventure de plus!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
♕ Je suis William Wrexham

♟ Complots : 53
♟ Arrivée à Paris : 28/08/2012
♟ Localisation : Paris
♟ Profession : Explorateur, pyrotechnicien, médecin, botaniste, astronome...




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Je travaille pour votre compte, celui de votre voisin ou le mien. Quel est votre prix?
Côté RP: Disponible
MessageSujet: William Wrexham ~ La routine n'est qu'une aventure de plus! Mar 28 Aoû - 23:40


    William WREXHAM
    par [Rhys Ifans]




    HALTE-LA !


    Où et quand êtes-vous né, voyageur ?
    ->Par un froid matin de janvier 1588. J'ai aujourd'hui 37ans.
    Où vivez-vous ?
    ->Mes voyages m'ont mené bien loin et si mes attaches sont à Anglesey au Pays de Galles, je vis depuis 4 ans à Paris.
    Et quelles sont vos origines ?
    ->Galloises, n'en déplaisent aux paysans qui nous prêtent quelques ascendances druidiques!
    Avez-vous un métier ?
    ->Plusieurs, même. Officiellement, je suis pyrotechnicien pour la cour de France, mais mes voyages m'ont apporté de nombreux atouts et je peux vous vendre mes services en cas de besoin.
    Une occupation majeure ?
    ->Officiellement, je teste quelques nouveaux feux innocents pour la cour. Mais sous le nom du mystérieux duc de Cadix, je résous nombre de vos problèmes!
    Non ? Alors si vous êtes noble, quel est ou quels sont vos titres ?
    ->Je suis pourtant noble, dernier descendant d'une ancienne famille. Je suis lord Wrexham, marquis Anglesey, comte de Newborough et de Cwellyn.
    Je vois…êtes-vous marié ? Avez-vous des enfants ?
    ->Marié? Mes voyages ne m'en ont pas laissé le temps! J'ai toutefois un fils illégitime quelque part en Suède...
    Et votre visage, là, qui est-ce ?
    ->Rhys Ifans Hiddles , l'avatar-challenge \o/






    Et toi, derrière cet écran, qui es-tu donc ?

    Comment te nomme-t-on par ici ? Corleone What a Face
    Et quel âge as-tu ? Toujours le même...26ans dans une vingtaine de jours...
    Tu as découvert notre forum sur le net ? Par un ami ? Par un autre moyen ? Par Marie de Chevreuse, étonnant non?!
    Et pourquoi avoir choisi ou créé ce personnage, qu’attends-tu pour son avenir ?Un coup de coeur après avoir vu un film, une idée qui germe, qui pousse, qui grossit et puis un scénar d'Aliénor...mixez le tout et vous obtenez William \o/ J'attends qu'il se lance dans mille affaires improbables et dangereuse, mette le duc de Cadix en danger, sauve la veuve et l'orphelin (avant de partir avec la veuve)... Du remue-ménage et méninges en prévision avec Aliénor et des choses bizarres avec une certaine Raquel ^^
    As-tu une remarque à faire sur le forum ? Toujours pas What a Face
    En cochant cette case, tu t'engages à accepter le règlement du forum
    J'ai lu et accepte le règlement du forum






Dernière édition par William Wrexham le Mar 28 Aoû - 23:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis William Wrexham

♟ Complots : 53
♟ Arrivée à Paris : 28/08/2012
♟ Localisation : Paris
♟ Profession : Explorateur, pyrotechnicien, médecin, botaniste, astronome...




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Je travaille pour votre compte, celui de votre voisin ou le mien. Quel est votre prix?
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: William Wrexham ~ La routine n'est qu'une aventure de plus! Mar 28 Aoû - 23:44



    Anglesey, Pays de Galles, 1594

    -Father, what’s this strange bird?
    -A parrot, my son.
    -He’s so strange! Where does he come from?
    -America. Christopher Colombus brought it from his travels.
    -What a bird...

    Le garçonnet se hissa sur la pointe des pieds, s’appuyant sur le dossier du fauteuil et observa silencieusement le perroquet.
    -And...he can speak, ajouta Lord Wrexham en passant une main attendrie dans la tignasse blonde de son fils.
    -Really?! Oh father! Show me! Show me!

    Lord Wrexham s’avança vers la cage, un sourire étrange aux lèvres sous son épaisse barbe blonde presque blanchie par l’âge. Il attrapa l’oiseau qui caqueta un instant et lui donna quelques graines à manger.
    Le garçon, le regard pétillant, n’avait lâché le perroquet des yeux.
    -What a nice day, mister, appuya Lord Wrexham à l’oiseau.
    Et celui-ci lâcha une réponse si audible que l’enfant s’émerveilla un peu plus, entrouvrant la bouche sous la surprise.
    -Father! He spoke! he spoke!
    -Of course he did! And then, let me show you those treasures Italians offered me.

    Il remit le perroquet dans sa cage, et le garçonnet s’en éloigna à regret, non sans jeter quelques coups d’oeil à l’oiseau de temps en temps. Mais très vite, la malle de trésors des Amériques et d’Inde lui fit oublier le prodigieux animal et plongeant ses mains dans la multitude d’objets ramenés par son père, s’employa à les énumérer.
    Il y avait là coupes, médailles, portraits, colliers et bagues, étoffes, icônes et pièces d’or; plumes multicolores et statuettes épiques; cartes et boussoles, compas et longue-vues.
    -All for you, my son.
    -All of this?!
    -Oh...well...not this jewelleries....

    Attrapant le petit coffret à bijoux, Lord Wrexham laissa là l’enfant s’extasier devant ce trésor extraordinaire.

    ***

    1600

    -Approchez donc, William. Montrez-moi ce que vous avez appris hier.
    Le garçon de 12 ans s’approcha de son père, les mains croisées dans le dos, attendant l’autorisation de parler.
    -Votre précepteur m’a fait part de vos grandes qualités en sciences, est-ce vrai?
    -Oui, père. Nous avons étudié les plantes exotiques et leurs vertus médicinales.
    -Qu’en avez-vous retenu?
    -Que tout poison est constitué d’antidote, mais qu’un poison peut également guérir, père, résuma le garçon. Nous avons procédé à quelques expériences très concluantes.
    Une petite lueur de fierté brilla dans le regard de Lord Wrexham.
    -Je suis content de vous, William. Et en littérature?
    -Nous avons étudié François Villon, un poète français.
    -En quelle langue?
    -Français, père.
    -Parfait...je vous le répète, apprenez toutes les langues que vous pourrez retenir, cela ne vous sera que bénéfique dans l’avenir! Et votre leçon d’escrime, reprit-il?
    -Mon maître d’arme se montre satisfait de mes progrès.
    -Il me l’a dit. Travaillez bien cela, William, ainsi que l’équitation. Ce sont deux vertus indispensables. Tout ce que vous apprenez aujourd’hui et que vous pouvez juger rébarbatif ne sert qu’à vous préparer à votre avenir.
    -Je le sais, père.

    Le vieux lord Wrexham se leva, contourna son bureau et observa la forêt qui disparaissait dans le brouillard. Un instant, William se détendit, parcourant des yeux ce bureau qu’il connaissait si bien. Des instruments de navigation avaient été calés dans un coin, soutenant cartes et croquis exotiques. Des tableaux de verres contenant quelques espèces inconnues encore en Europe s’étalaient sur les murs. Des dizaines de dossiers aux feuilles cornées s’amoncellaient sur des étagères et l’on pouvait y lire quelques extraits de voyages grifonnés à la mauvaise encre.
    Ce bureau était le témoignage de dix ans de voyages, d’exploration, de découvertes qu’avait fait lord Wrexham. Il n’était revenu que quelques mois pour donner un fils à son épouse et n’avait cessé ses traversées que lorsque sa vue avait décliné. Vestige de quelques maladies orientales, selon le vieux lord. Dès lors, il avait entrepris de léguer tout son savoir à son jeune héritier et fils.

    La famille Wrexham était considérée comme l’une des plus étranges des royaumes d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande. Recluse dans les fin fonds du Pays de Galles, une légende l’entourait parfois, éloignant quelques visiteurs malavisés des terres familiales.
    On les disaient descendants de mages, de sorciers, de lutins ou de farfadets; peut-être même descendants du monstre hantant de Loch Ness écossais et qui aurait navigué de lacs en lacs.

    En réalité, le premier marquis Anglesey, après une rude défaite lors de la prise de pouvoir d’Henry Bolingbroke, se réfugia sur ses terres galloises, tâchant de faire oublier son allégence à Richard II. Les années avaient poussé Henry IV a pardonner au seigneur de Newborough, mais la rancoeur maintenait éloigné le marquis de la cour. Il s’était plongé dans l’étude de nouveaux savoirs pour combler le vide de son existence et ainsi, enferma petit à petit sa famille et sa descendance dans cette légende qui ne s’éteignit.
    9ème marquis Anglesey, 1er comte de Newborough et 3ème comte de Cwellyn, James Wrexham sorti enfin ce nom de la fange obscure dans laquelle il s’enfonçait en épousant l’une des fille du duc de Somerset, lady Jane Seymour. Il offrit son épée à James Stuart à la mort d’Elizabeth Tudor, scellant ainsi le sort de sa famille, avant de partir vers de lointaines contrées.

    Le dernier descendant des Wrexham ne pouvait donc échapper à cette règle immuable, les poussant à l’excentricité. Mais à l’instar de ses aïeuls, dès son plus jeune âge, il ne montra aucun signe de cette exubérance propre à son nom. Curieux et assoiffé de savoir, il ne se rebiffa à aucune leçon imposée par son père et à 15 ans, il montrait déjà un esprit au dessus de la moyenne. Sa grande mémoire lui faisait retenir chaque nom de plantes, d’espèce vivante, de personne, de terre ou de ville. De nos jours, nous aurions pu qualifier le jeune Wrexham comme hypermnésique.

    Mais à l’image de ses ascendants, il nourrit très jeune ce goût pour le voyage, muselé bien trop tôt par un père désireux de voir en son fils la relève d’un nom. A ses yeux fatigués, le vieux lord Wrexham espérait que son fils laisserait le blason familial aussi proche de la cour qu’il avait pu lui-même le porter.

    ***

    Anglesey, Pays de Galles, 1609

    -A ce que j’ai reçu de la part de vos professeurs, votre attitude a été remarquable, William. Je vous en félicite!
    -Merci, père.
    -Je vois enfin en vous ce que nos ancêtres ont tant voulu museler, soupira le vieux lord. Un jeune homme accompli...prêt à paraître à la cour de notre roi. Je suis fier de vous.
    Le jeune homme ne répondit rien, mais la lueur qui brilla dans ses yeux clairs témoignait de l’effet qu’avaient eu sur lui ses paroles paternelles. Pourtant, un malaise subsistait. Un de ces malaises qui ne pouvaient rester étouffés sans crainte de longue rancoeur.
    Brisant le silence qui s’était fait pendant que Lord Wrexham rangeait quelques papiers, William toussota légermenet.
    -Père...
    -Oui?
    -Je sais que les projets avec lady Mary Grey ne sont pas en bonnes voies de s’accomplir, commença-t-il. Il ignora les sourcils froncés de son père et poursuivit. Aussi, aucun engagement ne me liant actuellement et mes études terminées, je souhaiterais...quitter quelques temps le royaume.
    Il se tut, observant d’un regard sincère le vieux père qui avait longuement inspiré avant de poser sa barbe blanche dans ses poings serrés. Il ferma un instant les paupières.
    -Non, mon fils...non, non... Il releva la tête, le regard presque perdu à cette seule idée. Notre famille n’a cessé de s’éloigner de la cour, de ses devoirs envers la Couronne, envers son pays! Non...Je ne vous ai pas envoyé à Oxford pour que vous passiez votre temps sur des navires! Je ne vous ai pas inculqué tout ce savoir pour que vous ne le mettiez à profit! Non, non...Vous resterez en Angleterre, soupira-t-il en laissant retomber sa tête entre ses mains! Restez en Angleterre...prenez les armes, servez votre roi, marmonna-t-il en secouant sa tête fatiguée...William. S’il vous plaît.
    -Père, j’ai aujourd’hui 21 ans. Mes choix ne vous appartiennent plus, répondit William d’une voix presque trop froide. Je vais partir...voir des mes propres yeux ce que vous m’avez fait apprendre dans des livres, sentir moi-même ces plantes, toucher ces espèces encore si peu connues. Je veux encore connaître tout ce que le monde nous réserve et nous cache...Je ne veux pas de la cour, de ces courbettes et de ces masques ou faux-semblants. Je ne veux pas d’intrigues et d’hypocrisie.
    Il s’était penché sur le bureau de son père, posant son regard brillant dans les prunelles presque aveugles de son père. La voix si claire et si franche de son fils avait tiré quelques larmes de regret dans les yeux cernés du vieux lord.
    -En êtes-vous si sûr? Vous...Mon unique fils...et qui s’occupera de tout ceci lorsque je ne serais plus?


    William Wrexham avait pourtant passé les portes du domaine familial et le Pays de Galles perdit son nom durant de nombreuses années. La mort du vieux lord avait laissé le château dans un état proche de l’abandon, avant qu’un lointain cousin ne vienne s’y installer avec sa meute et ses chevaux. L’on entendait alors parfois le soir, dans les landes galloises, aboyer les chiens au son des trompes de chasse. Mais le silence avait enveloppé le domaine depuis le départ du dernier des Wrexham et le brouillard enveloppa de mystère la famille et le château aux pierres usées par les siècles.





Dernière édition par William Wrexham le Mer 29 Aoû - 8:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis William Wrexham

♟ Complots : 53
♟ Arrivée à Paris : 28/08/2012
♟ Localisation : Paris
♟ Profession : Explorateur, pyrotechnicien, médecin, botaniste, astronome...




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Je travaille pour votre compte, celui de votre voisin ou le mien. Quel est votre prix?
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: William Wrexham ~ La routine n'est qu'une aventure de plus! Mar 28 Aoû - 23:48



    Plymouth, Angleterre, 1618

    -Mylord, un homme est ici présent et qui se dit apte à vous aider dans cette sombre affaire.
    Le comte de Brighton eu un sourire satisfait et dans un mouvement de main, intima à son valet d’aller ouvrir.
    -Comment s’appelle-t-il?
    -Il se dit être le duc de Cadix, mais entre nous, Mylord, je le trouve bien blond pour un espagnol!
    -Cadix, répéta le comte! Faites entrer, fit-il précipitamment en se levant!

    Il alla jusqu’à la fenêtre, fébrile, se retournant vivement lorsqu’il entendit la porte se refermer. Cadix...Cadix! Le nom était porteur de tant de mystères! L’on savait l’homme aussi espagnol qu’un Tudor, mais nul n’avait su mettre un nom sur cette énigme. On le disait mage ou sorcier, mais surtout capable de résoudre d’épineux problèmes et les bruits courants sur son immense fortune étaient intarissables.
    -Mylord, le salua précipitamment le comte en s’inclinant! C’est un honneur...prenez siège, je vous en prie, fit-il en lui montrant un large fauteuil cramoisi.
    -C’est un honneur pour moi de vous rencontrer, répondit le visiteur dans un anglais parfait, avant de s’asseoir.

    Discrètement, Brighton observa les traits du duc. Non...il ne pouvait être espagnol! Sa chevelure blonde était soigneusement coiffée en arrière, et la royale qu’il arborait était à la mode en France comme en Angleterre. Ses vêtements de riche étoffe n’était pas ceux de la prude Espagne mais la coupe en laissait planer le doute. Ses yeux tombant étaient teintés d’une douce mélancolie, comme si le regret avait depuis longtemps cerné ce regard pourtant franc. Son âge que l’on pouvait qualifier d’indéfinissable au premier regard devait pourtant avoisiner les 35 ans.
    L’homme croisa ses longues mains sous son menton et attendit quelques instants que le comte rompe le silence, mais celui-ci s’était perdu dans l’observation des pierres qui ornaient les doigts du duc.

    -Joyaux d’une civilisation disparue depuis de nombreux siècles, fit-il dans un sourire, comme pour répondre à une question silencieuse de Brighton. Mais venons-en au fait, mylord. Vous avez besoin d’aide, il me semble.
    -Euh, balbutia le comte...oui...oui, bien sûr! Il reprit contenance et s’enfonça dans son fauteuil. L’homme que je souhaite éloigner est un de ces fouineurs qui a découvert quelques....malversations financières de la part de l’un de mes prête-noms. Vous savez comme nous sommes prévenants, ici.... Mais, voulez-vous boire quelque chose?
    -Non, merci, continuez... Son nom?
    -Un juif... Burden.
    -La religion est peu importante, comte. Poursuivez.
    -Bien...Burden a menacé ce prête-nom et celui-ci, effrayé, est venu me voir...Burden a donc découvert tout ce que...enfin...il sait tout.
    -En quoi avez-vous besoin d’aide, demanda tranquillement Cadix sans se préoccuper de la sueur qui coulait sur le front de Brighton?
    -Burden...Il ne faut pas qu’il parle...

    Cadix haussa le sourcil dans un léger sourire.
    -Qu’entendez-vous par cela? Qu’il soit éloigné, qu’il ne puisse physiquement parler suite à quelques désagréments ou, par exemple, qu’il meurt?
    La réalité des mots prononcés d’une voix si tranquille fit grimacer Birghton.
    -Jusqu’où êtes-vous prêt à aller, comte, continua Cadix?
    -Je...
    -Vous connaissez peut-être ce qui entoure mon nom. Je peux faire de grandes choses, mais seulement si on me le demande.
    -Je...oui...la mort...pourquoi pas...
    -La mort? Essuyez-moi cette sueur et assurez-le moi, répliqua Cadix en lui tendant un mouchoir brodé.
    Brighton s’exécuta et avalant un verre d’eau d’une traite, hocha fébrilement la tête.
    -Ca n’est qu’un usurier juif...sa disparition sera peu remarquée.
    -Bien. J’arrange cette affaire, conclu Cadix. Quels sont vos gages?
    -Ce que vous voulez...
    -J’ai tout ce qu’il me faut, voyez-vous même, s’amusa le duc en écartant les bras pour laisser voir ses riches vêtements! Allons...prenez ce papier et traitez cette question avec monsieur Vega.

    Sans attendre que Brighton eu répondu, Cadix s’était levé, avait ouvert la porte pour laisser passer un homme aux cheveux et à la peau sombres, une malette de cuir sous son bras.
    -Arrange-toi qui qu’il crache au maximum, lui lança Cadix en indien. J’aurais ensuite besoin de toi pour aller chercher quelques spadassins et assassins en manque d’argent...


    Anglesey, Pays de Galles, 1620


    Le silence régnait dans l’immense bibliothèque du château d’Anglesey. Mais jamais la pièce n’avait paru plus somptueuse. Du plafond pendaient quelques oiseaux embaumés parmi des mobiles d’argent et d’or représentant planètes et étoiles qui tournoyaient doucement dans l’air.
    Les murs étaient tapissés des cadres qui autrefois ornaient ceux du bureau du vieux lord Wrexham et les épaisses piles avaient été brochés et à présent, les livres soigneusement rangés s’étalaient sur tout le long des étagères. Ils avaient été complétés d’essais sur les plantes, d’écrits sur les animaux exotiques et marins; d’immenses cartes étaient tendues sur des chevalets et parfois crayonnées à la mine, traçant des chemins au travers des mers et océans. Au-dessus de la cheminée se dressait l’immense portrait en pied de Christophe Colomb. Les tables de lecture étaient recouvertes de plantes séchées et l’on pouvait voir quelques parchemins griffonnés de croquis.

    Penché sur l’ancien bureau de lord Wrexham, s’abîmant les yeux à la lueur d’une mauvaise lampe à huile, William Wrexham s’efforçait de terminer quelques obscurs comptes. Le claquement de la porte le fit sursauter et il releva la tête de ses livres de comptes.
    -Ah, Vega. Viens, approche, approche... Je termine ces comptes-là.
    -Comment sont-ils, mylord?
    -Ma foi...nous nous en sortons plutôt bien et je pense que d’ici quelques mois je pourrais rembourser les dettes de mon père.
    -Et pour la tour, mylord? Elle menace de s’effondrer jour après jour, je ne suis jamais tranquille pour vous lorsque vous y montez!
    -Mon cher cousin a préféré s’occuper des chenils plutôt que de la tour principale, le sot. Je ne suis pas mécontent qu’il nous ai quitté si tôt...Mais la tour est sur d’autres fonds. Je vais engager quelqu’un d’autre en mon nom pour les travaux.
    -En votre nom, mylord? Vega ouvrit de grands yeux à cette annonce.
    -J’ai été en paix tant que le duc de Cadix officiait, Vega. Les affaires européennes doivent voir revenir le marquis Anglesey.
    -Mais l’on vous reconnaîtra, mylord, s’inquiéta l’indien!
    -Qui donc? Combien d’entre eux ont vu le véritable visage du duc de Cadix? Brighton est mort, et le reste de nos clients étaient italiens, espagnols ou de ces colons.
    -Les rumeurs courent, mylord.
    -Je les ferais taire.
    -Le duc de Cadix est vu comme un alchimiste...
    -N’est-ce pas ce qu’il était, sourit William?
    -Un sorcier...
    -Bah, ces musulmans qui m’ont enseigné leur médecine l’étaient et mon âme est encore en pleine santé!
    -Un mage...
    -Les trois rois des Saintes Ecritures l’étaient.

    A court d’arguments, Vega lâcha un soupir las, provoquant l’hilarité du comte!
    -Allons mon brave Vega! N’aie crainte! Que puis-je risquer, au pire? Ma tête? Je n’ai pas comploté, moi. Ma fortune? Mais laquelle, puisque celle-ci se dépense aussitôt! Mon nom? Ce pauvre patronyme et ces terres sont flanqués d’une malédiction datant du Bolingbroke, que peut-il lui arriver de pire! Si le roi m’inquiète, vois tout ce que je lui apporterai. Ces essais, ces animaux exotiques, ces richesses d’un autre temps, fit-il en montrant de la main toute la bibliothèque.
    -Vous pourriez finir brûlé, mylord...
    -Ces puritains et ces Cecil n’ont jamais inquiété ma famille et puis n’était-ce donc pas les faits du duc de Cadix?
    -Si...allez-vous donc le tuer?
    -Non...enfin je verrais. Il me sera toujours utile. Je l’ai créé pour vivre en paix, voyager en toute sécurité. Je me suis lancé dans ces affaires par pur hasard et je dois avouer que j’y ai pris goût...Ma jeunesse m’a poussé à le faire et aujourd’hui, l’âge de la sagesse me pousse à le faire dormir quelques temps. Grâce à lui j’ai découvert la nature humaine et toutes ses malversations, rencontré un très grand nombre de visages et de traits...
    -Seriez-vous fatigué, mylord, osa Vega dans un sourire?
    -Las, Vega...las. J’ai 32 ans et ma vie est une succession de faits et de hasards. Je n’ai aucun souvenir de ma mère partie lorsque je n’avais que 3 ans, j’ai été élevé par des gouvernantes et des précepteurs...mon vieux père préférait ses voyages. J’ai quitté cette ville il y a près de 15 ans et ai créé le duc de Cadix pour gagner quelques sous sur des mensonges...et ces mensonges sont devenus réalité lorsque la fortune nous a souri à tous deux. Et il y a quatre ans, j’ai appris que j’avais un fils en Suède...et peut-être un jour en viendrais-je à devoir le légitimer pour assurer le nom de ma famille. C’est assez ironique, n’ayant jamais eu ce goût prononcé pour la famille, ajouta-t-il amusé. Voilà ce qu’à été ma vie aujourd’hui.
    -Alors que faire, demanda Vega en s’asseyant?

    L’innocente question ne l’était pas tant. L’indien avait appris à connaître ce maître qu’il servait depuis de nombreuses années; il pouvait se targuer d’être le seul à le connaître aussi bien même s’il conservait encore cette part de mystère. Vega avait appris à lire, écrire mais surtout penser et par cette simple question, il attendait une réponse précise.
    William avait compris le petit jeu et se retourna vers Vega, l’oeil ranimé.
    -Je crois que je vais enfin obéir à mon père et me mettre au service de mon roi. J’ai besoin de repos. De reconstruire ce château, ou peut-être de m’installer ailleurs...la France te tente-t-elle?
    -Cela me semble parfait, mylord!






Dernière édition par William Wrexham le Mer 29 Aoû - 8:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis William Wrexham

♟ Complots : 53
♟ Arrivée à Paris : 28/08/2012
♟ Localisation : Paris
♟ Profession : Explorateur, pyrotechnicien, médecin, botaniste, astronome...




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Je travaille pour votre compte, celui de votre voisin ou le mien. Quel est votre prix?
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: William Wrexham ~ La routine n'est qu'une aventure de plus! Mar 28 Aoû - 23:53



    Palais de Whitehall, Londres, Angleterre, 1620

    -SCIENCES OCCULTES! MEDECINE! ALCHIMIE! VOUS, LORD WREXHAM! DONT LA MAIN DU PERE A SOUTENU MA CAUSE! DONT LA FAMILLE COMPTE PARMI LES PLUS ANCIENNES DE CE ROYAUME!

    Agenouillé devant le roi qui s’était dressé de toute sa hauteur, William n’osait relever la tête, sentant sur sa nuque chacune des accusations proférées par James 1er. Le roi semblait avoir perdu son sang froid et arpentait la salle du trône les mains derrière le dos, en proie à une vive agitation.

    -Votre Grâce, tenta William...
    -JE NE VOUS A PAS AUTORISE A PRENDRE LA PAROLE!
    Il déglutit silencieusement, fixant les lignes du parquet. Le glaive n’était pas loin...peut-être même plus proche que le bûcher. Il pouvait en sentir la lame sur sa nuque.
    -Que vais-je faire de vous?! Votre nom n’est pas entaché, puisque vous avez eu la pernicieuse idée d’utiliser un titre éteint depuis des siècles! Vous êtes le diable, m’entendez-vous, s’agaça James 1er en pivotant sur les talons pour faire face à Wrexham. Relevez-vous! Il agita la main avec impatience pendant que William s’exécutait. Nous vous avons cru mort, Wrexham....disparu en mer, perdu dans des contrées sauvages, dévoré par des cannibales, ou que sais-je encore! Pouvez-vous imaginer les suppliques de votre père concernant votre héritage, s’énerva à nouveau le roi en se rasseyant?! Il a du venir jusqu’à Whitehall me supplier à genoux de ne pas éteindre votre titre tant que la preuve de votre mort n’était établie!

    Le regard baissé, William ferma les yeux un instant, songeant à la peine qu’il avait infligé à son vieux père. Quinze ans. Quinze années pendant lesquelles il n’avait donné aucune nouvelle. Le regret s’installa indiciblement pour ne plus le quitter.
    -Seule la considération que j’avais pour votre père m’a fait lui accorder cette demande, soupira le monarque en prenant sa tête dans sa main. Et aujourd’hui...vous voici devant moi...bel et bien en vie. Et ce duc de Cadix.....ah!
    -Sire, j’ignore comment....
    -Chhht! Me croyez-vous assez sot pour ne pas m’inquiéter des rumeurs qui courraient sur ce personnage? Il n’officiait pas en Angleterre, mais vous oubliez nos ambassadeurs...On le disait assassin ou spadassin, se vendant au plus offrant! Vous? Marquis Anglesey? Assassin?!
    -En réalité...
    -Oui?
    -En réalité, sire, je n’ai pas de sang sur les mains.
    -Je l’espère, lâcha le roi. Expliquez-moi, Wrexham.
    -Mes voyages m’ont portés bien loin, jusque dans les Indes. Mes revenus s’amoindrissaient et au détour d’une taverne, j’ai entendu deux hommes espérer pouvoir un jour s’échapper de chez l’homme qui les employait. J’avais assez de connaissances pour les aider à réaliser cela mais il me fallait gagner leur confiance et protéger mon véritable nom.
    -Il vous est resté l’intelligence, Dieu soit loué!
    -Je me suis rappelé de ce nom porté par une duchesse disparue depuis de nombreuses années et ai créée le duc de Cadix. Faussement riche et puissant, les deux hommes se sont appuyé sur moi pour assurer leurs arrières.
    -Mais l’argent?
    -J’ignorais leur plan réel qui était de délester leur employeur de quelques sacs d’or. Lorsque je l’ai su, je leur ai fais part de mes gages.

    Le roi lâcha un petit rire devant l’évidence.
    -Vous avez poursuivi ainsi?
    -J’offrais mes talents, sire.
    -Quels étaient-ils?
    -Dessin, poésie, lettres, médecine, chasse, vers, fausses amitiés, tours de toutes sortes, manipulation, chantage et autres faits moins glorieux.
    -Comme utiliser des spadassins?
    -Il me fallait garder l’aura du duc de Cadix. On me payait pour cela, ces gens n’attendaient que du résultat.

    William baissa à nouveau les yeux comme pour se confondre en excuses, mais le roi lissait sa royale d’un geste songeur.
    -Et si je vous paye, Wrexham, que pourrait faire le duc de Cadix pour moi?
    -Tout ce qui est dans ses cordes, répondit-il hésitant face à la question.
    -Et si je paye le marquis Anglesey, que pourriez-vous, vous, faire pour moi?
    -Tout ce qu’il plaira à votre majesté, se courba William.

    Un long silence ponctua sa réponse, pendant lequel James 1er réfléchissait.
    -Gardez-vous à ma disposition, Wrexham. Je pourrais avoir besoin de vous. Partez en France, puisque votre départ est imminent, mais restez toute ouïe à mes demandes et à celle de mon fils le prince de Galles.
    -Bien, votre Grâce.
    -Mais ne croyez pas vous en tirer à si bon compte. Mes yeux sont braqués sur vous et à la moindre erreur, marquis, les descendants de Cecil se feront une joie de vous faire goûter à ce qu’il réservait aux alchimistes.

    William hocha la tête fébrilement, sentant son coeur battre à nouveau après cette peur de se voir trancher la tête des mains mêmes du monarque. Plus que jamais, son désir de poser enfin ses malles se fit sentir plus fort encore.

    ***


    Paris, 1626

    -C’est une chute, mylord, marmonna Vega en s’asseyant aux côtés de son maître et ami. Vous, l’homme le plus éclairé que je connaisse, un vulgaire technicien ! Vous êtes marquis, comte, pair d’Angleterre !
    -Du calme Vega, soupira William en observant la rose blanche tournoyer entre ses doigts. Cela m’occupera et me donnera une raison de fréquenter la cour.

    L’indien haussa les épaules, peu satisfait de la réponse. Il connaissait assez le marquis pour savoir qu’il ne lui avouait toutes ses pensées, mais un secret avait toujours ses raisons et il se contenta de ces quelques mots.
    En réalité, William avait accepté cette charge des mains de Marie de Médicis avec une joie non dissimulée. On ne pouvait réellement prendre plaisir à préparer quelques feux d’artifice, mais bien plus à préparer chaque mélange et à essayer de nouvelles techniques. Il camouflait par ces innocents feux festifs ses essais sur les poudres et quelques potions d’herbes exotiques. L’Orient lui avait apporté des savoirs que nul autre n’avait en France et il savait qu’il ne pourrait trouver meilleur endroit pour poursuivre ses travaux. Chaque soir, il s’enfermait dans son bureau et au nom du roi de France, exécutait ce que son propre roi lui avait interdit de toucher.

    Le marquis posa la rose sur le bureau recouvert de parchemins noircis à l’encre et observa l’heure qui avançait lentement.
    -A quelle heure vient-elle ?
    -16 heures, mylord.
    William lâcha un profond soupir mais ne pu retenir un léger sourire de soulever sa moustache blonde. La jeune fille était aussi déroutante qu’il devait l’être à son âge. Il n’avait jamais réellement aimé les enfants et il ne suivait que de très loin l’éducation de son propre fils, mais celle que Richelieu lui avait collé dans les pattes était d’une toute autre pâte que d’autres. Bien loin de l’image qu’il avait conservé des jeunes à l’université d’Oxford…
    -Si elle vous ennuie, nous pouvons demander à….
    -Non Vega, non…au contraire. Tu repartiras bientôt pour Venise traiter avec ces négociants pour ce bateau. Je ne t’ai pas fais prête-nom de notre compagnie pour rien ! Elle me changera les idées, elle n’est pas sotte et assez vive d’esprit pour comprendre ce qu’est la discrétion.

    Vega eu un sourire amusé en observant l’attitude de son maître. Il avait beau s’efforcer de rester calme et serein, il voyait le bout de sa moustache s’agiter dès que le nom d’Aliénor était lancé ou dès que la jeune fille passait la porte du bureau. Il devinait que sous ces airs de reproches qu’il s’efforçait d’avoir, le marquis ressentait une véritable affection pour ce diablotin aux cheveux longs. Lui-même s’était surpris à s’amuser de ses petites gaffes et erreurs et essayait parfois de lui faire comprendre les humeurs du marquis. Mais au grand étonnement de l’indien, son maître avait passablement changé depuis leur arrivée française et l’intrusion de la jeune fille dans ce bureau.

    Ce que Vega ne pouvait comprendre, c’est que le réel caractère de William, bien que naturellement solitaire de par son enfance, avait bien trop évolué avec les années. La France et cette insouciance qui semblait régner l’avaient ramené de nombreuses années en arrière, lorsqu’il n’était encore qu’un jeune homme ambitieux et désireux de connaître le monde si vaste. Le duc de Cadix était un homme sage et posé, droit et pondéré. Il avait altéré cette légèreté qu’avait autrefois le jeune marquis, garçon curieux et vif, dynamique, jouant avec les mots et l’humour comme avec ses crayons à dessin. Aliénor avait insufflé cette énergie qui manquait à l’homme et petit à petit, ce qui l’avait quitté avec le duc revenait enfin.
    Avouer combien il tenait à cette enfant était bien trop difficile, mais William avait mis un point d’honneur à veiller sur elle et en faire une élève modèle.

    -Je suis content qu’elle soit avec nous, mylord, avoua Vega non sans arrière pensée. Elle donne quelques couleurs et gaités à cet endroit.
    William balaya le bureau des yeux. Il ne s’agissait ni plus ni moins que de la bibliothèque d’Anglesey, refaite à l’identique dans le petit hôtel qu’il avait acheté à Paris. Les mêmes corps naturalisés pendaient des plafonds et les cartes, les tableaux, les livres recouvraient les murs. Des années de travaux.
    -Je ne peux te donner tort, fit simplement le marquis. J’ai accepté ce demi ordre du cardinal car je la savais ancienne élève de maître Galilée. Et il me faut marcher droit, Vega…je sens toujours sur ma nuque le glaive de James Stuart…
    -Et le feu des disciples de Lord Cecil ?
    -Je les y pousserai avant qu’ils ne m’y jettent ! Allons, hauts les cœurs, aujourd’hui nous tacherons de rentrer quelques bribes de sciences dans le crâne de notre jeune élève, lança William en se relevant!


    ***







Dernière édition par William Wrexham le Mer 29 Aoû - 8:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis William Wrexham

♟ Complots : 53
♟ Arrivée à Paris : 28/08/2012
♟ Localisation : Paris
♟ Profession : Explorateur, pyrotechnicien, médecin, botaniste, astronome...




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Je travaille pour votre compte, celui de votre voisin ou le mien. Quel est votre prix?
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: William Wrexham ~ La routine n'est qu'une aventure de plus! Mer 29 Aoû - 0:09

Ma fiche est évidemment terminée, après quelques déboires du net. Bouh

J'espère qu'elle vous plaira, en particulier à Cha **
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis Armand du Plessis

♠ Le Diable s'habille
en pourpre ♠

♟ Complots : 272
♟ Arrivée à Paris : 10/10/2011
♟ Localisation : Paris
♟ Profession : Cardinal mais avant tout ministre




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Je travaille à la seule cause d'une grande France
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: William Wrexham ~ La routine n'est qu'une aventure de plus! Mer 29 Aoû - 14:23


Félicitations à toi, étranger, tu es validé ! Tu as voyagé de loin pour venir à Paris, et tu vas pouvoir y demeurer !

Mais avant de te laisser aller visiter la capitale française, voilà quelques endroits qu'il faudrait que tu ailles vite visiter :
✘ Viens te faire quelques amis par ici !
✘ Commence donc à rp par !
✘ Ne laisse personne te prendre ton portrait, viens le recenser deça !
✘ Viens te trouver une maison dans ce sujet !
✘ Ne reste pas sans rang ! Viens en demander un céans !

Eh bien quel personnage haut en couleurs, tu m'avais déjà mis un peu au jus hier, mais à dévorer son histoire, c'est encore plus prenant ! What a Face J'adore ce type ! Un vrai roman d'aventures !!! Sinon ça ne m'étonne pas que tu lance la mode des DCs d'ailleurs ! Razz Et c'est avec joie que je te souhaite la rebienvenue parmi nous s'pèce de schizo ! cheers Bon jeu ! Very Happy



« A ta mort ! »
« A la tienne ! »
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis William Wrexham

♟ Complots : 53
♟ Arrivée à Paris : 28/08/2012
♟ Localisation : Paris
♟ Profession : Explorateur, pyrotechnicien, médecin, botaniste, astronome...




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Je travaille pour votre compte, celui de votre voisin ou le mien. Quel est votre prix?
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: William Wrexham ~ La routine n'est qu'une aventure de plus! Mer 29 Aoû - 16:09

Merci m'dame What a Face

Maintenant, trouvons-nous un lien de la mort avec ton espagnole, car le grand air hispanique n'a pas échappé à William pendant ses pérégrinations What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis Aliénor Descrières
    Sidereus Nuncius
    Annunciatore Celeste

♟ Complots : 216
♟ Arrivée à Paris : 01/07/2012
♟ Localisation : La tête dans les étoiles.
♟ Profession : Scientifique en herbe, et extra-terrestre ambulant.




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: La seule cause qui vaille la peine d'être défendue : la vérité !
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: William Wrexham ~ La routine n'est qu'une aventure de plus! Mer 29 Aoû - 16:20

Je n'aurai qu'un mot à dire face à cette fiche What a Face :

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH Gaga Gaga Gaga Gaga

Quel personnage ! ** Tous ces voyages, toutes ces découvertes, son caractère, Vega, TOUT Gaga Tu l'auras compris, j'adhère, j'adore et j'approuve mille fois What a Face J'aime beaucoup comment tu as décrit leur lien, ils sont mignons Will et Vega quand ils parlent d'elle xD Il va donc falloir qu'on complote, parce que c'est bien joli d'avoir un lien de départ, mais un lien de scénar, c'est fait pour évoluer... Nos cerveaux tordus y parviendront sans mal What a Face

Re-bienvenuuuuuuuuuuuuue donc ! \o/ Rassure toi je vais bientôt te suivre dans la mode du DC xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis William Wrexham

♟ Complots : 53
♟ Arrivée à Paris : 28/08/2012
♟ Localisation : Paris
♟ Profession : Explorateur, pyrotechnicien, médecin, botaniste, astronome...




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Je travaille pour votre compte, celui de votre voisin ou le mien. Quel est votre prix?
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: William Wrexham ~ La routine n'est qu'une aventure de plus! Mer 29 Aoû - 16:26

Je vais t'y aider et t'inquiète, on va leur trouver des situations impossibles, comme toujours What a Face

on n'a pas été élu meilleur tandem pour rien What a Face

Je suis heureuse que cette fiche te plaise Gaga
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis Aliénor Descrières
    Sidereus Nuncius
    Annunciatore Celeste

♟ Complots : 216
♟ Arrivée à Paris : 01/07/2012
♟ Localisation : La tête dans les étoiles.
♟ Profession : Scientifique en herbe, et extra-terrestre ambulant.




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: La seule cause qui vaille la peine d'être défendue : la vérité !
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: William Wrexham ~ La routine n'est qu'une aventure de plus! Mer 29 Aoû - 16:29

Je nous fais confiance What a Face On el mérite notre award, montrons-nous en digne What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis Athos

Est-ce que par hasard,
vous croyez que
je tiens à la vie ?

♟ Complots : 364
♟ Arrivée à Paris : 09/10/2011
♟ Localisation : paris
♟ Profession : mousquetaire




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Le roi !
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: William Wrexham ~ La routine n'est qu'une aventure de plus! Mer 29 Aoû - 20:56

Niaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan Gaga

J'aime cette fiche et ce personnage.
Bravo Cie ! cheers




« L'air est à vos poumons, ce que l'alcool est à mon esprit. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis William Wrexham

♟ Complots : 53
♟ Arrivée à Paris : 28/08/2012
♟ Localisation : Paris
♟ Profession : Explorateur, pyrotechnicien, médecin, botaniste, astronome...




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Je travaille pour votre compte, celui de votre voisin ou le mien. Quel est votre prix?
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: William Wrexham ~ La routine n'est qu'une aventure de plus! Jeu 30 Aoû - 9:50

Merci Thothos Slurp !

Je sens qu'on va pouvoir se trouver un lien, je sais pas pourquoi, mais je le sens Gaga
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♕ Je suis Contenu sponsorisé ♕



MessageSujet: Re: William Wrexham ~ La routine n'est qu'une aventure de plus!

Revenir en haut Aller en bas

William Wrexham ~ La routine n'est qu'une aventure de plus!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Trois Mousquetaires :: IL ETAIT UNE FOIS :: Présente toi mon enfant ... :: Audiences accordées-