AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Une bouffée de fraicheur à Paris ♥ Valentine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
♕ Je suis Valentine Batier

♟ Complots : 26
♟ Arrivée à Paris : 23/10/2012
♟ Localisation : Paris
♟ Profession : Femme de chambre de la duchesse de Chevreuse



MessageSujet: Une bouffée de fraicheur à Paris ♥ Valentine Mar 23 Oct - 19:40


    Valentine Batier
    par Meghan Ory




    HALTE-LA !


    Où et quand êtes-vous né, voyageur ?
    -> Le 27 Avril 1603, monsieur le garde du Carinal
    Où vivez-vous ?
    -> Actuellement, avec ma maîtresse, madame de Chevreuse
    Et quelles sont vos origines ?
    -> Je suis née en Bretagne, mais ma famille vient d'ailleurs encore
    Avez-vous un métier ?
    -> Je suis la femme de chambre de Madame de Chevreuse
    Une occupation majeure ?
    -> Faire en sorte que ma maîtresse soit toujours parfaite
    Non ? Alors si vous êtes noble, quel est ou quels sont vos titres ?
    -> Je ne le suis pas
    Je vois…êtes-vous marié ? Avez-vous des enfants ?
    -> Je suis bien trop jeune pour cela
    Et votre visage, là, qui est-ce ?
    -> Il s'agit de Meghan Ory






    Et toi, derrière cet écran, qui es-tu donc ?

    Comment te nomme-t-on par ici ? V-P ou C... What a Face
    Et quel âge as-tu ? On ne demande pas son âge à une dame!
    Tu as découvert notre forum sur le net ? Par un ami ? Par un autre moyen ? Ma schizophrénie me l'a soufflé
    Et pourquoi avoir choisi ou créé ce personnage, qu’attends-tu pour son avenir ? J'avais envie d'une bouffée de joie dans les complots
    As-tu une remarque à faire sur le forum ? Nope What a Face
    En cochant cette case, tu t'engages à accepter le règlement du forum
    J'ai lu et accepte le règlement du forum





Version 1: façon RP





    Mon passé? Je n'aime pas vraiment en parler, mais enfin... Puisque vous y tenez. Je vous ferais la version courte, je n'ai pas l'habitude de m'attarder sur les larmes, préférant la joie du présent à la douleur du passé.

    Je suis née dans un petit village du sud de la Bretagne, en 1603, je crois. Je ne peux pas en être totalement certaine. Mon père, horloger de son état, était plutôt réputé dans mon métier. Ma mère, elle, était la parfaite dame de maison. Des petits bourgeois sans problèmes, sans histoire. J'étais la quatrième enfant, ayant avant moi deux grandes soeurs, des jumelles, nées en 1587, et un grand frère, né en 1600. Il n'y avait pas de grande différence dans notre éducation. Nous avons tous appris à lire et à écrire. Mon frère allait d'ailleurs être formé au métier d'horloger, pour poursuivre la tradition familiale.

    Une chose marquante de mon enfance? Je ne sais pas trop... Je crois me rappeler que nous portions toujours des robes aux couleurs ternes, les cheveux dissimulés sous des bonnets blancs. J'étais un peu jalouse quand je me rendais en ville avec Maman, de voir les autres petites filles de mon âge portant des robes aux jolies couleurs, avec leurs cheveux bouclés au fer. Une petite jalousie, trois fois rien, pas très méchant. Aussi, j'étais toujours surprise d'entendre les cloches sonner à la volée le dimanche, et certains jours précis de l'année, sans que je comprenne pourquoi. Je devais avoir cinq ans quand ma soeur Mathilde, la plus calme des deux jumelles, me prit sur ses genoux pour tout éclairer à mon visage d'enfant qui ne comprenait pas vraiment.

    "Vois-tu Valentine, nous aimons Dieu. Nous le prions d'une façon, entre nous, dans notre langue. Les gens qui vivent en dehors de notre quartier, eux, le prie dans une grande église, pleine d'or et d'argent. Mais penses-tu que cela soit important? Que ce qui importe à Dieu c'est la richesse ? Non, ce qui compte pour Dieu c'est la richesse de ton âme et sa pureté. Garde toujours ton âme d'enfant, petite soeur".


    Je crois que je me souviendrais toujours de ce moment. Elle avait ponctué son explication d'un baiser sur mes cheveux déjà sombres, avant de me laisser m'en aller jouer avec Sébastien, notre frère. Erine, notre autre soeur, trouvait cela bien inutile. A quoi bon m'expliquer? Nous étions protestants, dans un pays de catholiques.

    Quand je vous disais qu'il n'y avait pas grand chose à dire sur ma vie... En fait, tout était calme, et routinier, du moins jusqu'à mes 14 ans. Il faisait nuit, et le jour n'allait pas tarder à se lever. Ce matin était étrange, il semblait peint en noir et blanc, et avait une étrange odeur de peur et de colère. Je n'ai jamais vraiment comprit ce qui a poussé leur geste. Eux? Nos voisins. Ces gens que notre père ne voulait pas que nous fréquentions parce qu'ils vivaient dans le luxe, trop de luxe, là où Dieu ne demandait que le travaille. Ca avait commencé par des cris, uniques, lointains... Je dormais dans la même chambre qu'Erine et Mathilde à cette époque. Nous avions toutes finies par nous regarder, nous demandant ce qui se passaient. Dehors, une étrange lueur, qui aurait pu ressembler à l'aube, s'il n'avait pas été si tôt. La voix de stentor de notre père avait retentit - ça doit surement être ce dont je me rappelle le mieux de lui, sa voix. Il n'était pas très expansif, ni sentimental, mais dans sa voix on savait toujours ce qu'il pensait - et nous nous étions tous levés. Sebastien m'avait prise par la main, et mère tenait contre son coeur nos deux soeurs. La porte avait été forcée, père s'était avancé. J'avais sentis la main de Sebastien serrer la mienne, et lentement, il avait commencé à reculer, m'entrainant avec lui, à part, caché.

    "Valentine, écoute-moi bien. Tu vas courir dans ma chambre, et par la fenêtre, tu grimperas sur le toit, comme quand nous étions enfants, tu as compris?"

    Le toit? Je n'y étais pas montée depuis trois ans. C'était notre repère, notre terrain de jeu. Mère serait morte de peur si elle l'avait apprit. Mère... D'elle, je retiendrais sans doute sa douceur, sa tendresse. Sa particularité de nous mettre à l'abri des dangers du monde. J'avais voulus protester, dire à Sebastien que je ne l'abandonnerai pas, ni lui ni notre famille, mais il m'avait poussée dans les escaliers, et un coup de feu suivit d'un hurlement me décida, après un dernier sourire de mon aîné. Je me rappelle avoir couru, vite, le plus vite que je pouvais, me prenant les pieds dans ma chemise de nuit, manquant de tomber dans les escaliers. La fenêtre de la chambre de mon frère me paraissait horriblement étroite, et l'air de la nuit était brulant du feu qui se dégageait de certaines maisons. Pourtant, mue par la peur, mon coeur battant la chamade et des larmes me brûlant les yeux, j'avais réussi à m'y hisser, sur le toit de chaume. Tremblante, priant pour ne pas glisser sur la chaume humide de la nuit, j'étais restée là, me cramponnant tantôt pour ne pas tomber, plaquant mes mains sur mes oreilles pour ne plus penser à cette nuit. J'avais fini par m'endormir, épuisée, terrorisée. C'est une voix qui m'avait réveillée, en même temps que le soleil sur mon visage.

    -Valentine! Valentine où es-tu?

    Mon parrain... Meilleur ami de mon père, il devait arriver ce matin-là, je l'avais complètement oublié. Il avait trouvé cinq corps, pas six. Horrifié, il avait retourné la maison pour essayer de me retrouver, finissant par hurler mon nom. Doucement, tremblante encore, j'étais redescendue, manquant de tomber dans la rue et me brisant le coup. Mon parrain... Joshua, avait à peu près l'âge de mon père, et était lui aussi horloger, mais à Nantes. Il devait venir célébrer Pâques avec nous. Je me rappelle encore de mon corps glacé de terreur et par la nuit froide être serré contre le sien, lui remerciant Dieu de m'avoir épargnée. Il m'avait fait revenir dans ma chambre, qui avait été pillée comme le reste de la maison, m'enjoignant de ramasser mes affaires, avant de disparaître, m'interdisant de descendre avant m'avoir donné l'autorisation. Je ne compris que plus tard qu'il ne voulait pas que je vois l'état des corps de ceux de ma famille. Dans la terreur de la rue, je ne savais pas si c'était vraiment les cris des miens que j'avais entendus, ou ceux des autres, et c'était peut être mieux. Parfois, mieux valait ne pas chercher à comprendre. Joshua m'emmena chez lui, à Nantes, où sa femme m'accueillit à bras ouvert, dans une maison un peu comme la nôtre. Eux aussi étaient protestants. Et malgré l'Edit du roi Henri qui était censé avoir tout changé, nous étions toujours des pariats, des huguenots comme les catholiques disaient. Différents, dans leur manière de prier Dieu. Mais tant qu'on l'aime, pourquoi se chamailler sur la manière de le lui montrer? J'avais quatorze ans, j'étais protestante, et moi qui n'était jamais sortie de mon village, je découvrais la vie et commençais à reconstruire ce que je venais de perdre.

    Je vous avais dis que mon histoire était triste. Pourtant, je n'aime pas en pleurer. Elle fait partie de mois, mais je n'aime pas y penser. Rendez-moi service, voulez-vous? Ne m'en parlez plus, et ne cherchez pas à comprendre pourquoi je ne veux pas y penser.

    Ma nouvelle famille s'étonnait de ma capacité à surmonter l'épreuve. Je n'ai pourtant jamais dis que j'étais forte, et souvent, au début, je me réveillais en sursaut, de peur que tout soit en train de recommencer, ou appelant mes soeurs en murmurant, pensant que ce n'était qu'un mauvais rêve. Mais ça ne l'était pas. Le plus important pour moi était d'oublier, de passer à autre chose. Ressasser le passé n'avait rien de bon. Ca ne fut pas facile, j'en conviens, mais j'y arrivais tout de même. Joshua et Anne étaient un couple adorable, prévenant, aimant, mais je ne voulais pas rester avec eux éternellement. Je ne le pouvais tout simplement pas. Rester avec eux ne faisait que me rappeler pourquoi j'étais là, et comment j'y étais arrivée. Comment faire autrement que de ne cesser de le ressasser? Mais il n'y avait que deux moyens de quitter leur maison, me marier, ou trouver un travail. La première solution me paraissait envisageable, si elle n'avait pas été dans une maison si proche de celle d'Anne et Joshua. Je ne voulais pas les quitter à tout jamais non, mais j'avais besoin de mettre de la distance entre eux et moi, et dans la société protestante de Nantes, on ne se marie qu'entre nous. Je risquais en plus de me rapprocher de cet endroit qui me rappellerait de bien trop de mauvais souvenirs. Aussi la seconde possibilité me paraissait bien plus adéquate. Mais comment la faire comprendre à mes protecteurs? J'avais décidé de ne rien leur dire, du moins pas avant que je ne trouve quelque chose. Et le hasard m'avait sourit. On cherchait une bonne chez une dame qui se rendait bientôt à Paris. Une petite place de rien du tout, il s'agissait de faire le ménage et le rangement. Mais Paris, la capitale dont tout le monde parlait, ne pouvait pas être une mauvaise place, si? Pour entrer, il me fallait oublier une partie de moi, ne plus penser à ma foi protestante. Pour ce qu'elle m'avait apportée... Je ne voulais pas la renier, devenir catholique à l'égal de ceux qui m'avaient privée de ma famille, il en était hors de question, mais de là à renier ma foi... Je me contentais donc de faire comme si de rien n'était. Et cela a fonctionné.

    Joshua était entré dans une colère noire. Face à la jeune fille de dix-sept ans que j'étais, cela pouvait être plutôt effrayant, mais j'avais tenu bon. Il l'avait bien fallut. Et puis, devant ma détermination, il avait laissé tomber. Anne, elle, s'était contentée de m'embrasser tendrement, un peu comme ma mère l'aurait fait à sa place, avant de me laisser m'en aller.

    Découvrir Paris avait été un véritable changement. Tout là bas était énorme, sauf les rues, qui étaient pour le moins minuscules. Je n'aimais pas les parcourir la nuit quand je pouvais l'éviter. Du moins au début. En fait, le petit truc avec Paris, c'est que quand on sait comment s'y prendre, on va toujours plus vite à pied qu'à cheval. Je pensais ainsi avoir trouvé ma place, en quelques sortes, revenant parfois à Nantes quand ma maîtresse avait décidé d'y retourner, et ne manquais jamais d'aller embrasser Anne et Joshua, qui avait fini par me pardonner. Pourtant, le destin, ou Dieu, avait décidé que ce n'était pas fini. Je servais le thé à ma maîtresse et une dame de qualité, quand celle-ci m'interpella:

    -Valentine, connaissez-vous le nom de notre invitée?

    Devant mon mutisme, respectueux, les yeux baissés, elle avait reprit:

    -Il s'agit de Madame de Chevreuse, et figurez-vous qu'elle cherche une nouvelle femme de chambre. Je pense que cette place pourrait parfaitement vous convenir, si vous plaisez à Madame la Duchesse, bien entendu.

    J'avais timidement levé les yeux, et j'avais tout de suite su que la duchesse et moi nous entendrions à merveille. Appelez-ça l'instinct si vous le désirez. Et la duchesse dut penser la même chose, car deux jours plus tard, j'entrais à son service.

    J'avais dix-neuf ans lors de mon entrée au service de la duchesse. Les six premiers mois, tout avait été basique. Me contenter de l'aider à se préparer, se changer, plusieurs fois par jour, écoutant ses histoires sur la noblesse, ces hommes qui se bousculaient à ses pieds. Elle était impressionnante, et elle me faisait confiance. Je mettais donc un point d'honneur à la mériter, cette confiance. Etant toujours enjouée et de bonne humeur, souriante, rieuse. J'avais l'impression d'avoir trouvé une vie qui me convenait et à laquelle je ne pouvais que sourire.

    Et puis d'un coup, les choses s'étaient mises à changer. Elle avait commencé à me confier une lettre, puis une seconde. Toujours pour la même personne, à la même adresse, je les remettais au même valet. Je ne posais pas de questions, mais malgré ma curiosité, je n'osais poser aucune question, cela ne se faisait pas! Ce fut la duchesse elle-même qui s'ouvrit à moi, en confidence. Son amour pour ce mousquetaire, ce nommé Aramis, son amitié pour la reine Anne qui dérangeait grandement, au point que le Cardinal avait juré sa perte. Tout cela me paraissait tellement grand, tellement lointain. J'avais du mal à croire que j'en faisais partie pourtant, même en n'étant que la porteuse des lettres. Et pourtant... Voilà où j'en suis aujourd'hui. Et je n'échangerai ma place pour rien au monde.



Dernière édition par Valentine Batier le Ven 26 Oct - 14:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis Valentine Batier

♟ Complots : 26
♟ Arrivée à Paris : 23/10/2012
♟ Localisation : Paris
♟ Profession : Femme de chambre de la duchesse de Chevreuse



MessageSujet: Re: Une bouffée de fraicheur à Paris ♥ Valentine Mer 24 Oct - 22:45

Voilà j'ai fini ^^ j'ai un doute sur les dates d'exil de Marie-Aimée donc si ça va pas je modifierai =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
+ La passionnée +

♟ Complots : 238
♟ Age du personnage : 30
♟ Arrivée à Paris : 10/10/2011
♟ Localisation : En France avant que mon mari ne choisisse de m'exiler...
♟ Profession : Comploteuse




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Ambitieuse? Oui, mais uniquement par fidélité envers mes amis!
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: Une bouffée de fraicheur à Paris ♥ Valentine Ven 26 Oct - 5:48

Rebienvenuuuuuue cheers


Dites les coupines admins, vous me laissez la valider, hein? Athos, silteuplééééééééé Slurp !

(chut, je n'ai pas floodé, c'est une illusion d'optique What a Face )



"Tonight we are young.
So let set the world on fire
We can burn brighter than the sun."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis Armand du Plessis

♠ Le Diable s'habille
en pourpre ♠

♟ Complots : 272
♟ Arrivée à Paris : 10/10/2011
♟ Localisation : Paris
♟ Profession : Cardinal mais avant tout ministre




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Je travaille à la seule cause d'une grande France
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: Une bouffée de fraicheur à Paris ♥ Valentine Ven 26 Oct - 15:29

Non What a Face Pas de cadeaux à la Chevreuse ! Baston (Tiens je trouve qu'il est bien ce smiley pour nous représenter What a Face )

Bon allez ... ma joueuse me dit de fléchir ! Bouh Razz Elle t'autorise avec joie à valider ta gueuse domestique What a Face ( Razz )

Je repasserai pour le message de bienvenue, promis Armand essaiera de bien se tenir, même si c'est dur ! Razz



« A ta mort ! »
« A la tienne ! »
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis Athos

Est-ce que par hasard,
vous croyez que
je tiens à la vie ?

♟ Complots : 364
♟ Arrivée à Paris : 09/10/2011
♟ Localisation : paris
♟ Profession : mousquetaire




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Le roi !
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: Une bouffée de fraicheur à Paris ♥ Valentine Ven 26 Oct - 16:05

Nan mais c'est quoi ces messages de flood sur une fiche avant la validation ? Chocked C'est pas sérieux tout ça !

Bon, je voulais faire une grève de la réponse, parce qu'on veut pas me laisser faire mon travail de validation, mais comme c'est trop bien écrit et que je veux voir ce que le personnage de Valentine donne en jeu, je passe outre. **

Valide-la donc à ma place Marie, si tu tiens à cet honneur, je te le laisse.




« L'air est à vos poumons, ce que l'alcool est à mon esprit. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis Valentine Batier

♟ Complots : 26
♟ Arrivée à Paris : 23/10/2012
♟ Localisation : Paris
♟ Profession : Femme de chambre de la duchesse de Chevreuse



MessageSujet: Re: Une bouffée de fraicheur à Paris ♥ Valentine Ven 26 Oct - 16:35

Bah décidez-vous mais validez-moi mdrrr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
+ La passionnée +

♟ Complots : 238
♟ Age du personnage : 30
♟ Arrivée à Paris : 10/10/2011
♟ Localisation : En France avant que mon mari ne choisisse de m'exiler...
♟ Profession : Comploteuse




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Ambitieuse? Oui, mais uniquement par fidélité envers mes amis!
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: Une bouffée de fraicheur à Paris ♥ Valentine Sam 27 Oct - 9:59

Non, en fait, plus envie.... Graou




Félicitations à toi, gueusefemme du peuple, tu es validée, bien sûr!! ! Tu vas pouvoir te faire ta place à Paris - et pourquoi pas, dans l'Histoire !

J'ai lu ta fiche d'une traite, prise dans la vie palpitante et mouvementée de Valentine!
Des protestants à cette époque, pas toujours évident malgré l'Edit...une famille unie, soudée et malheureusement décimée en une nuit. Câlin Pauvre petiote! Mais heureusement, recueillie et ramenée à Nantes.
Là je te fais un temps en marschmalaow, parce que Nantes quoi What a Face Fief de bourgeois et protestants, tu as très bien cerné l'ambiance de la ville en peu de lignes ^^

Elle veut donc travailler? Elle a bien raison What a Face
Et Aimée est bien contente d'être tombée sur elle au détours d'un voyage (comment ça "exil"? Mais je ne suis jamais en exil, moi What a Face )

La relation entre les deux femmes est très bien, ça me convient en tout cas parfaitement ^^

J'ai hâte de pouvoir te confier plein de trucs, sa tête explose à force de complots et puis le cardinal est trop un sale type Chou

Bref, ne vous crêpez pas le chignon avec Constance pour avoir la primeur de transmettre des messages :¨P

J'ai donc adoré ta fiche, et je te souhaite de bien t'amuser avec elle **

Mais avant de te laisser aller vers ta destinée et de grandes aventures, voilà quelques endroits qu'il faudrait que tu ailles vite visiter :
✘ Viens te faire quelques amis par ici !
✘ Commence donc à rp par !
✘ Ne laisse personne te prendre ton portrait, viens le recenser deça !
✘ Viens te trouver une maison dans ce sujet !
✘ Ne reste pas sans rang ! Viens en demander un céans !



"Tonight we are young.
So let set the world on fire
We can burn brighter than the sun."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis Père Joseph

♟ Complots : 72
♟ Arrivée à Paris : 06/09/2012
♟ Localisation : Au couvent de la rue Saint-Honoré.
♟ Profession : Moine capucin, diplomate de l'ombre & alter-ego du cardinal.




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Pour la providence, la France, et mon ami le Cardinal.
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: Une bouffée de fraicheur à Paris ♥ Valentine Sam 27 Oct - 12:28

Oooon a une Valentiiiineuh ! 8D

Re-bienvenue parmi nous, petite schizotte ! What a Face J'ai hâte de comploter de nouveau avec Ali pour trouver un lien, et rp avec Joseph pour te soutirer des informations tout en essayant de te convertir Rire *Joseph, deux en un, comme les shampoings*

Bon jeu sur le rpéééééééé ! What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
+ La passionnée +

♟ Complots : 238
♟ Age du personnage : 30
♟ Arrivée à Paris : 10/10/2011
♟ Localisation : En France avant que mon mari ne choisisse de m'exiler...
♟ Profession : Comploteuse




Sous le sceaux du secret
Mon coeur balance:
Jeu d'espion: Ambitieuse? Oui, mais uniquement par fidélité envers mes amis!
Côté RP: Disponible
MessageSujet: Re: Une bouffée de fraicheur à Paris ♥ Valentine Sam 27 Oct - 13:40

Touche pas à ma camériste, le curé. Batte



"Tonight we are young.
So let set the world on fire
We can burn brighter than the sun."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis Valentine Batier

♟ Complots : 26
♟ Arrivée à Paris : 23/10/2012
♟ Localisation : Paris
♟ Profession : Femme de chambre de la duchesse de Chevreuse



MessageSujet: Re: Une bouffée de fraicheur à Paris ♥ Valentine Sam 27 Oct - 14:40

Merciiiiii *-* j'suis conteeeeeeeente =D je fais mon commentaire de chapitre et je me trouve un code chouette pour mes liens *-*

Joseph t'es viiiil Sad M-A protège moiiiiii
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis Grimaud

♟ Complots : 188
♟ Arrivée à Paris : 06/08/2012



MessageSujet: Re: Une bouffée de fraicheur à Paris ♥ Valentine Dim 28 Oct - 11:10

Re-bienvenue ! cheers

Mais du coup ça va me faire une nouvelle fiche à lire, je ne sais pas où je vais trouver le courage de prendre quelques minutes pour ça... scratch En plus j'ai peur d'être fan ! What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♕ Je suis Valentine Batier

♟ Complots : 26
♟ Arrivée à Paris : 23/10/2012
♟ Localisation : Paris
♟ Profession : Femme de chambre de la duchesse de Chevreuse



MessageSujet: Re: Une bouffée de fraicheur à Paris ♥ Valentine Dim 28 Oct - 14:29

J'espère bien que tu le seras *sifflote*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♕ Je suis Contenu sponsorisé ♕



MessageSujet: Re: Une bouffée de fraicheur à Paris ♥ Valentine

Revenir en haut Aller en bas

Une bouffée de fraicheur à Paris ♥ Valentine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Trois Mousquetaires :: IL ETAIT UNE FOIS :: Présente toi mon enfant ... :: Audiences accordées-